Le temps d'un tango

Fanfiction par V. Gomez et A. Conroy

3 novembre 981

Après une journée de route, avec comme seule pause, un arrêt à une station service pour faire le plein, Célia se retrouva, non pas sur la route menant au Front, mais bien sur la route de Phoenix. Elle mit deux jours à rejoindre la capitale et quand elle y arriva, elle s’installa à un café du centre ville. Depuis la terrasse, on pouvait voir le palais. Elle resta là, à observer depuis une table les allers et venues des gens, ne sachant pas elle-même ce qu’elle faisait là, ni ce qu’elle espérait.

Elle en était à son cinquième café quand elle sut qu’elle voulait voir Sean. Sans qu’il n’en sache rien, juste l’apercevoir un instant. Pour le retrouver, elle avait l’embarras du choix. Elle connaissait probablement mieux le Shaïness que quiconque, à l’exception de Ian. Il y avait l’appartement, son bureau au palais, les rares endroits qu’il fréquentait… Elle resta pourtant à regarder les gens aller et venir dans la rue et l’entrée du bâtiment royal pendant un bon moment. Avant de se lever, de laisser de quoi payer ses consommations et de se rendre dans une ruelle plus à l’écart. Un endroit qui permettait de voir l’entrée secondaire du palais, celle qu’elle savait que Sean ou même Ian utilisaient pour rejoindre leurs bureaux. Il était approximativement la fin d’après-midi. En attendant un peu, peut-être qu’elle le verrait passer…

L’endroit lui donnait vue sur l’entrée secondaire mais bien vite, elle constata qu’elle pouvait aussi apercevoir une petite cour où Sean entraînait ses Commandos et elle eut droit à mieux que “le voir passer”. Il était là, dans un uniforme noir qu’elle ne lui connaissait pas, un phénix visible avec un peu d’efforts dans son dos, cousu en filigrane. Il entraînait une demi-douzaine d’hommes dans le même uniforme et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’y allait pas de main morte. Son visage était dur, ses yeux deux miroirs d’acier alors qu’il leur ordonnait de se relever et de recommencer. Célia en eut le cœur qui manqua un battement quand elle le vit. Elle avait déjà fait un pas dans sa direction quand elle réalisa ce qu’elle faisait. Elle se plaqua contre le mur d’une des demeures longeant la ruelle. Elle tourna la tête vers lui et sans y réfléchir, pour la première fois depuis longtemps, elle activa son Art de Psychosens. Pour le voir comme s’il était tout près. Ce qu’elle vit dans son regard lui fit mal. Elle se retint pour ne pas se précipiter vers lui, et le serrer dans ses bras.

Tu ne devrais pas être là, Cordélia, dit une voix près d’elle.

 Ian était là, accoudé au mur et en tenue officielle, malgré le fait qu’il aurait dû être sur le Front ou au palais, mais pas dans une allée sombre derrière le dit palais. Le jeune Roi la scrutait avec des yeux durs, sans une trace du sourire qu’il portait autrefois à chaque fois qu’elle l’avait vu. Célia le regarda comme si elle voyait un fantôme. Elle en resta bouche bée un instant alors qu’elle avait fait un bon monstrueux et devait prendre le temps de retrouver son souffle.

Non, je … Je vais partir. Je…

Elle tourna quand même son visage par dessus son épaule, pour regarder encore Sean. La voix dure de Ian la força à tourner la tête.

Laisse-le en paix, Cordélia. La façon dont il t’a traitée est bien la seule raison pour laquelle je ne t’ai pas fait tuer pour ce que tu as fait. Je t’avais dit qu’il n’était pas prêt à envisager une famille. Tu l’as mis devant les faits accomplis, celui d’avoir choisi sans lui de garder ce bébé et celui de l’avoir perdu. Je t’interdis d’aller le voir, tu m’entends ? Il s’est jeté à corps perdu dans son rôle de Commandant, de Duc d’Umbras, il vient de prendre la place de mon Maître des Secrets et s’il croit que j’ignore qu’il commande la moitié de la pègre de Phoenix, il se met le doigt dans l’œil. Si tu viens lui perturber l’esprit, tu réussiras juste à le faire tuer.

Célia en devint livide. Elle regarda Ian comme s’il venait de la gifler. Elle mit un bon moment à essayer de parler sans trouver quoi dire. Finalement, elle se retourna pour regarder Sean, se collant à son mur, essayant de ne plus sentir le regard de Ian sur elle.

Ne frappe pas déjà le monstre qui est à terre, Ian. Ça n’en vaut pas la peine… Crois-moi, si tu veux que je paie, soit heureux mon roi, ça fait un an et demi que je le fais chaque jour, chaque nuit… Je sais que trop bien que je ne devrais pas être là.

Elle posa sa tête contre le mur au contact froid.

Mais il ne le saura pas, n’est-ce pas ? C’est juste un instant volé avant que je ne retourne jouer les bons soldats.

Ian l’observa en silence un moment.

Non, il ne le saura pas, acquiesça-t-il. Va-t-en, Cordélia. Il pourrait peut-être te donner une seconde chance mais pas moi, et s’il faut que je te tue pour t’empêcher de le voir, je le ferai.

Célia baissa le nez et ferma les yeux.

Alors tue-moi, Ian. Que tout ça s’arrête… Pas pour m’empêcher de le revoir. Mais parce que si un jour tu as eu un tant soi peu d’affection pour la pauvre fille que je suis, tu récompenseras celle qui a tout perdu d’avoir gardé le silence.

Elle tourna les yeux vers lui.

Mais au final, à quoi bon ? Sur le Front, je finirai bien par y passer un jour au l’autre. Cesse tes menaces. Parce que justement, j’aime trop Sean pour qu’il sache ce que je suis devenue. Une ombre dans une ruelle qui partira en silence.

Le regard de Ian était perçant et elle crut voir de nombreuses choses passer dans ces yeux bleus mais trop nombreuses et fugaces pour qu’elle les identifie.

Il n’y a rien à tuer, dit finalement Ian, acquiesçant. Tu n’es qu’un ersatz de toi-même. Va le voir si ça t’amuse. Dans l’état où tu es, il serait bien incapable de t’aimer.

L’Archinoble haussa les épaules et lui tourna le dos, cachant à l’Elam Evir sa mâchoire serrée et ses yeux fermés alors qu’il quittait la ruelle. Célia resta là, à continuer de regarder Sean encore un moment. Puis quand il eut un mouvement de la tête, s’étant senti observé, elle recula dans la ruelle, et finalement la remonta en courant sans se retourner, luttant contre son envie de faire demi-tour et surtout contre son envie de hurler.

Pardon, Sean… Pardon… ne réussit-elle qu’à répéter alors qu’elle fuyait loin de lui, de ne plus se sentir digne d’être face à lui.

Ian la regarda partir, complètement invisible dans l’alcôve où il s’était glissé.

Bordel ce que vous êtes compliqués…

Mais Sean avait pris une décision et même si Ian n’était pas d’accord, il ne pouvait pas trahir la confiance de son meilleur ami en révélant la vérité à Cordélia. Pas quand la confiance était un sujet si sensible avec le Démon devenu parricide. Sean avait choisi sciemment de sortir de la vie de Célia pour la protéger, Ian avait donc choisi de lui faire peur pour la faire fuir. Quand le jeune roi trop romantique aurait tellement préféré les voir s’aimer à nouveau…

Célia se retrouva sur sa moto avant même de vraiment réaliser. Au point qu’elle dut s’arrêter sur le bas-côté de la route pour essuyer ses larmes qui lui bouchaient la vue. Elle avait espéré, elle ne savait pas, peut-être trouvé un petit quelque chose pour retrouver le goût d’avancer après l’épisode catastrophique de Samhain. Au final, elle avait l’impression que venir à Phoenix avait fait encore plus de mal qu’autre chose. Elle n’eut un sourire sans aucune joie qu’au moment de reprendre sa route.

Au moins, il ne m’a pas déjà remplacée par la première greluche venue…

Une bien maigre consolation quand elle revisitait le souvenir des yeux de Sean devenus durs et froids comme le métal.

LOGO PHOENIX copie

5 Novembre 981

Elle arriva au camp avec deux jours d’avance. Évidemment, pour ne rien arranger, Fred était à l’infirmerie. Elle s’y précipita, abandonnant sac et moto sur place. Massis vit donc l’Elam Evir débarquer comme si on venait de lui apprendre le pire, alors qu’elle était entrée en trombe et qu’elle cherchait après Fred sans que plus rien d’autre ne compte.

Fred se redressa dans son lit dès qu’il la vit et tendit les bras vers elle, sachant qu’elle en avait sûrement besoin. Au moins était-il conscient et, apparemment, pas trop blessé. Elle manqua de se jeter sur lui, l’air complètement paniqué. Mais à la dernière seconde, elle s’arrêta, le regardant, n’osant le toucher de peur de lui faire mal.

Célestes, qu’est-ce qui t’est arrivé ?!

Fred lui fit signe de venir quand même.

J’ai fait une grosse grosse chute, dit-il à Célia. Et j’ai respiré une saloperie qui fait que, l’un plus l’autre, j’ai pas le droit de beaucoup bouger. Mais j’veux un câlin.

Il fut exaucé dans l’instant par une Haute-Noble qui avait dû mal à retenir sa force pour le serrer plus fort qu’elle ne le faisait déjà.

Je pars quelques jours et tu finis à l’infirmerie… Plus jamais je te laisse partir en mission sans moi !

Fred soupira et se laissa faire, restant calme et relaxé, un peu parce que son rythme cardiaque ne devait pas dépasser 90 battements par minute, un peu parce qu’il était sous une sacrée dose de… plein de trucs.

Ça marche… en plus, toi, tu serais tombée sans te faire mal et le poison étant naturel, il t’aurait rien fait. Tricheuse, marmonna-t-il dans les cheveux de l’Elam Evir.

Célia soupira alors qu’elle adaptait leur posture pour que Fred soit le mieux installé possible. Elle lui servit donc bientôt d’oreiller, alors qu’il était assis contre elle et qu’elle avait ses bras autour de ses épaules.

Oui, je triche, lui souffla-t-elle doucement à l’oreille. Et c’est justement parce que je triche que tu ne pars plus sans moi, que Eagle soit d’accord ou non.

Elle lui caressa les cheveux et enfouit son nez dans son cou. Fred soupira.

Mais j’ai pas fait que des conneries, hein, se défendit-il. J’ai récupéré Alan alors qu’il allait se faire tuer. Et Eagle m’a dit des trucs…

Le Khyan soupira.

Je crois qu’il se fait des idées, le vieux. Tu me vois, moi, Capitaine, dans quelques années ?

Célia releva la tête, les yeux ronds.

Toi ? Devenir le prochain Eagle ?

Elle resta un peu dubitative puis finalement, elle ramena son menton sur son épaule.

Et après tout, pourquoi pas ? C’est toi le plus sexy de l’unité, non ?

Fred rit doucement.

Parfaitement. Mais vu la tronche d’Eagle, c’est pas un critère.

Il recommença à rire mais quand ça fit battre son cœur un peu trop vite, il pâlit considérablement et s’affala contre Célia.

Ok, ok, tout doux, faut vraiment que j’fasse rien, marmonna le Khyan. C’est complètement con, comme poison.

Célia en eut un bref sentiment de panique, suivi d’une inquiétude persistante.

Oui, tout doux. Fais rien qui te fasse du mal, hein ?

Elle se calma elle-même en lui caressant doucement la joue.

Qu’est-ce que je peux faire ? Il a quoi de particulier ce poison ?… Bon sang, ça sert à quoi un Héritage Lok’ si on peut même pas l’utiliser sur les autres ?

Fred eut un petit rire.

C’est ballot, hein ? Ne t’en fais pas, Massis dit que je dois juste attendre que mon corps le purge, c’est une saleté qui est utilisée dans certaines prisons, pour éviter les évasions. Pas d’antidote connu, mais au bout de 72h, il faut une nouvelle dose ou il s’affaiblit et disparaît en cinq ou six heures.

Il bailla.

J’en ai donc pour au moins encore trente heures, c’est chiant t’as pas idée. Mais et toi ? Tu es rentrée tôt, moi qui pensais que je pourrais éviter de te dire que j’avais encore fini chez Massis…

Célia s’allongea un peu plus contre Fred mais toujours derrière lui avec l’intention évidente de rester là aussi longtemps que nécessaire.

Oui, je suis rentrée…

Elle se rencogna contre lui de manière suffisante pour être claire.

Samhain, c’était pas une bonne idée…

Fred soupira.

Ouais, je m’en doutais un peu, dit-il. On est trop pareils, tous les deux, et franchement ? Je suis pas sûr de bien dealer avec le deuil. Heureusement, j’ai perdu personne de très proche alors tu sais quoi ? T’as interdiction de mourir.

Célia le serra un peu plus contre elle, se sentant tout à coup terriblement honteuse. Elle qui avait pensé et parlé mourir à plusieurs reprises durant les derniers jours, elle n’était pas fière de ce constat alors qu’elle avait retrouvé son Fred.

Idem pour toi, marmonna-t-elle contre son épaule, bien consciente que si elle le perdait, ça serait certainement le coup de trop pour son cœur.

Fred sourit en se rencognant contre elle – il passait son temps à dormir, c’était un petit miracle que Célia l’ait trouvé réveillé du premier coup.

Nah, jsuis trop beau, ça me rend ihiihiiimmortel, bailla-t-il.

Elle lui embrassa la tempe.

Alors dors, mon beau futur capitaine. Que tu sois en grande forme au plus vite.

Fred opina et s’endormit rapidement. Il sortit de l’infirmerie deux jours plus tard frais comme un gardon et surexcité : cinq jours complètement immobile ou presque, à ne faire quasiment que dormir… Eagle l’envoya rapidement en mission, avec Célia, pour se débarrasser de la pile électrique qu’il était devenu. Dans le genre, il avait déjà Exclésiasth, merci bien !

Après plusieurs semaines de missions en duo où Fred se fit trompeusement plus aveugle qu’il ne l’était réellement vis à vis de l’état de sa rouquine, Célia avait enfin retrouvé son entrain et son énergie. Même si les épisodes de l’Équinoxe d’automne, aussi bien à Trapeglace qu’à Phoenix, avaient laissé leurs marques dans les âmes de l’Elam Evir, elle s’était remise à mieux gérer ses blessures. Du coup, quand Noël arriva, les quelques jours en famille furent l’occasion de moments joyeux et inoubliables. Entre les préparatifs du mariage, les facéties de Fred ou Célia et les petits plats de Madame Esmé, difficile de trouver un moment pour broyer du noir.

Puis quelques mois encore, à nouveau sur le Front et ce fut enfin la veille d’un nouveau voyage pour Trapeglace : ils avaient leurs permissions pour le mariage et ils devaient passer par Phoenix récupérer une belle liste d’indispensables, comme leurs tenues respectives, de la vaisselle de famille restée à la maison Avonis de la capitale, plusieurs cadeaux et surtout le bouquet de la mariée !

LOGO PHOENIX copie

 <- Chapitre précédent         Chapitre suivant ->

12 Comments

  1. Arg.. alalala… compliqué ces deux là, mais quel dos ce Sean ! Mais bon pas gagné entre eux encore… ^^
    Fred toujours aussi adorable !

    Bon juste vu ceci a corriger me semble : « Massis vit donc l’Elam Evir débarquer comme si on venant de lui apprendre le pire… » –> je dirai plutôt « venait » ^^

    Voilààààà merci ! 🙂

    • Vyrhelle

      25 juin 2017 at 2 h 46 min

      Non, c’est pas gagné du tout XD
      Quant au dos de Sean, Monsieur le travaille… en intensif !! J’aimerais pas l’avoir comme coach sportif !! <___<;

      • Sean en coach sportif, ça doit être l’enfer ! Mais bon ça lui va bien je trouve ! Ça lui réussit même très bien je trouve !!
        Bon j’ai relu le chapitre après cette courte nuit de sommeil.. afin d’être sur d’avoir bien tout lu ! Bon j’avais tout bien lu et rien raté, mais… cela faisait une belle excuse pour le relire en allumant le pc. XD

        • Vyrhelle

          25 juin 2017 at 21 h 24 min

          Les Commandos qu’il commence à diriger le confirment, il est un vrai démon 😀 ( on les reverra régulièrement, ils auront souvent une remarque sur les entraînements made in Sean … huhuhu )

  2. Coucou,
    En voyant ta publication sur facebook, je me suis dit youpiiiii Sean !!! Même si ça reste triste, mais est-ce qu’ils finiront par se parler à nouveau, ou plus ?… Argh.
    Le dessin est magnifique ! ! ! et ce dos effectivement !

    Si je peux me permettre dans le texte j’enlèverai le deuxième dit-il :
    – Ouais, je m’en doutais un peu, dit-il. On est trop pareils, tous les deux, et franchement ? Je suis pas sûr de bien dealer avec le deuil. Heureusement, j’ai perdu personne de très proche alors tu sais quoi ? T’as interdiction de mourir, dit-il.

    Hâte de lire le prochain chapitre et de voir la prochaine illustration !
    D’ailleurs les artbooks seront-ils bientôt disponibles?

    P.S : c’est amusant cette banderole différente à chaque fois qu’on arrive sur la page, on tombe à chaque fois sur une illu différente ça permet de revoir celles des chapitres précédents !

    • Vyrhelle

      24 juin 2017 at 21 h 54 min

      Ah, indice pour Célia et Sean : le livre 3 s’appelle « Le phénix et le dragon ». J’en dis pas plus 😛
      Sinon, les artbooks sont prêts, je dois trouver absolument le temps de les prendre en photo pour mettre la boutique en ligne à jour. Je suis à la bourre sur ce point T__T Mais je vais essayer de faire ça dans les jours à venir.
      … et merci pour la correction. C’est ça de remanier du dialogue sans se relire assez XD
      … et l’option de bannière est géniale. Elle met aléatoirement des images que j’ai choisies. Là, y’en a 7 différentes, je crois. Et j’en mettrai sûrement d’autres à l’occasion. Toutes ne passent pas avec le cadrage très allongé, mais j’aime beaucoup le principe aussi 😛

      • Oui j’ai vu que le 3ème s’appelait comme ça, alors j’avais un gros espoir ! Mais comme j’ai vu trainer une image il y quelques mois… (j’en dis pas plus pour pas spoiler au cas où).
        Dès que les artbook sont en ligne je les commande (avec une petite dédicace comme d’hab si tu as le temps !), alors que je m’étais dit allez en juillet 0 dépenses superflues toussa toussa… et pour les petites coquilles, tu nous régales avec ces chapitres alors si on peut rendre service. Pour la bannière je suis sûre que je ne suis pas la seule à avoir ouvert plein de fois les pages pour voir les images… 🙂

        • Vyrhelle

          27 juin 2017 at 21 h 13 min

          Ah, l’image, je pense savoir laquelle tu as vue… et elle est pour le livre 2. Disons que l’histoire est assez complexe pour qu’une image ne spoile pas vraiment. Y’a encore beauuuucoup à raconter. Donc affaire à suivre 😀
          Je vais essayer de me trouver du temps demain pour les artbooks 😉

  3. Chapitre court… sniff… mais avec de sacré bond dans le temps!!!

    Seeeeeaaannn!! Trop classe, trop dur… T____T
    Je veux le revoir plus souveeeeennnt!!

    • Vyrhelle

      24 juin 2017 at 21 h 05 min

      Le bond dans le temps était surtout au chapitre précédent. On a fait s’écouler presque un an. Mais bon, on allait pas s’appesantir pendant des pages et des pages sur une Célia dépressive ^^;
      Quant à Sean, on prépare pour le livre 2, un gros passage rien que sur lui, Ian et Phoenix… Y’aura du Sean à plus savoir qu’en faire 😀

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2017 Le temps d'un tango

Theme by Anders NorenUp ↑