Le monde de Gaëon est façonné d’énergie. Une énergie que nous nommons Symbiose depuis de nombreux siècles, présente partout autour de nous, omniprésente même dans nos vies et notre quotidien, aussi bien dans les Terres Inexplorées que dans les terres plus ou moins civilisées du Cratère. Nous ne la voyons que rarement et connaissons bien plus les manifestations de sa présence. Pourtant, elle transcende même les frontières des Trois Mondes, depuis notre bon vieux Monde Solaire jusqu’aux tréfonds de tous les dangereux souterrains du Monde Lunaire ou des cieux changeants du Monde Céleste, le monde des morts.

Une Symbiose présente jusqu’en nous-mêmes, nous, qui sommes capables de la manipuler et qui sommes pour cela appelés “Nobles”. Le terme est, certes, pompeux mais nous ne l’avons pas réellement choisi. Les capacités particulières que nous offre la Symbiose, les Arts auxquels nous avons accès grâce à elle, nous ont depuis longtemps offert la souveraineté sur le reste des hommes du Monde Solaire. Nos pouvoirs physiques et symbiotiques nous ont promis au pouvoir politique de tous les royaumes du Cratère, bien au-dessus de la majorité de la population des Khyans. Certains ont bien sûr manifestés assez d’intelligence pour accéder à une certaine reconnaissance et un réel pouvoir politique, mais très loin des cercles dans lesquels les Nobles évoluent. Car comment rivaliser avec un Noble capable de contrôler vos rêves, de se jouer du temps et des sens, ou de manipuler la matière ?

Mais notre Monde est loin d’être un havre de paix sous notre hégémonie. Aussi Nobles que nous puissions être, nous en restons des hommes soumis à nos propres défauts, dépendants de nos héritages familiaux de manière bien plus marquée que n’importe quel Khyan et surtout, marionnettes plus ou moins dociles de nos propres émotions. Ne sommes-nous pas divisés en cinq Maisons de Noblesses bien distinctes ? Les Lo’kindjaleph et leur lien avec la Terre, les Ven’Sakuraï avec l’Air, les As’Corvaz avec le Feu, les Shaïness avec le Métal et nous autres Elam Evir avec l’Eau ? Le tout, en plusieurs royaumes aux cultures très différentes et aux aspirations parfois si opposées qu’elles en déclenchent des guerres ? Que l’une d’elle, que nous connaissons que trop bien, est même quasi millénaire ?

Alors, je me demande ma chère Cordélia, ma chère sœur au tempérament de feu, ce que ce monde nous réserve. Parfois, je lève les yeux vers l’horizon et je ne peux m’empêcher de trembler. Notre dynastie est ancienne et par conséquent, notre Héritage puissant, ayant fait de toi une Noble du haut rang de Noblesse de Commandeur Déchu quand, héritier principal, je suis même devenu Ange depuis hier… Mais suffira-t-il à nous épargner la souffrance et la cruauté de ce Monde ? Notre maîtrise de la Symbiose paraît parfois si peu de chose face à la fatalité. Te connaissant, tu dois déjà perdre patience et demander où je veux en venir avec toutes ces banalités. Alors sache, Cordélia, qu’au-delà de notre peine d’avoir perdu notre père bien trop brutalement, qu’au-delà de la grisaille de ce triste mois de novembre, tu seras à jamais ma sœur bien aimée et que je veillerai sur toi, maintenant que je suis un Noble adoubé, un homme qui fera son possible pour être assez grand pour te protéger.

Nathan Sinaï de la Dynastie des Avonis,
Ange Elam Evir, Baron de Fardenmor.

LOGO PHOENIX copie

 

Nathan, mon cher petit frère, je t’aime, mais quand vas-tu enfin cesser d’être aussi sérieux et solennel ? Tu as eu ton Destin, tu es un Noble à part entière mon Seigneur, mon Baron, mon très cher frère. Toutes mes félicitations ! Mais maintenant, le plus important, c’est surtout qu’il va falloir fêter ça !

Cordélia.

LOGO PHOENIX copie

<- Sommaire                                              Chapitre 1 ->