Le temps d'un tango

Fanfiction par V. Gomez et A. Conroy

18 février 978

Elle dormit profondément, sans cauchemar pour troubler sa nuit, jusqu’à une heure très avancée du lendemain. En fait, midi était largement passé, quand elle se réveilla. Elle était complètement sereine, une paix absolue la tirant de son sommeil et lui redonnant confiance. Au point, que si elle n’avait pas su Sean être Shaïness, elle aurait pu se demander s’il n’avait pas triché avec un Art ou deux. Mais les deux possibles étaient des Arts Elam Evir, inaccessibles aux Nobles d’une autre Maison. Donc elle s’étira comme un chaton réveillé par un rayon de soleil et se glissa hors du lit pour enfiler sa robe de chambre et voir s’il y avait quelque chose en cuisine, intéressant pour un déjeuner tardif mais léger.

La cuisine était justement animée et de délicieuses odeurs en provenaient : Sean s’y trouvait avec un homme assez petit qui lui arrivait tout juste à l’épaule et qui lui donnait des ordres comme s’il était un gamin insupportable. Mais le Shaïness ne protestait pas, suivant les ordres et conseils de ce qui devait être son professeur de cuisine, et ça promettait un vrai festin. Accoudé à la table, Fred regardait le tout avec un immense sourire. Il fit signe à Célia, qu’elle le rejoigne.

Regaaarde, Sean qui se fait disputer… dit-il, béat.

Célia ajusta un peu plus sa tenue sans même y faire vraiment attention, trace de son éducation Elam Evir assez stricte  et salua d’un élégant signe de tête tout le monde, sans dire un mot pour ne pas déranger le cours de cuisine. Elle passa à côté de Fred et posa une main sur son épaule, mais fit un détour par la machine à café pour se faire couler une petite tasse de sa boisson favorite. Puis revint vers le Khyan.

Ça sent déjà très bon. Ils nous préparent quoi de beau ?

Fred secoua la tête.

Aucuneee idée, ça avait un nom compliqué en As’Corvaz et c’est pas la langue que je parle le mieux. Mais j’ai vu passer de la viande, du fromage et des fruits dont je connais même pas le nom.

Au final, on leur servit des pão de quiejo, sorte de petits pains au fromage, des tranches de viande fumée, du fromage, une salade d’un mélange exotique de mangue, papaye et banane, ainsi que d’épaisses pâtisseries saupoudrées de sucre que Sean appela facturas, fourrées avec une pâte nommée dulce de leche. Cette dernière eut un succès fou avec Fred qui s’empara du pot, entamé pour fourrer les pâtisseries, et le finir à la cuillère. Célia devait avouer qu’elle n’y connaissait pas grand chose à la cuisine As’Corvaz et elle observa tout ça d’un air intéressé et curieux. Piqua une lichette de pâte à Fred avant de réaliser qu’elle avait plutôt intérêt à profiter de n’avoir rien de particulier à faire pour aller s’habiller ou elle finirait par déjeuner en chemise de nuit. Un petit baiser à son Sean, rapide pour ne pas trop l’interrompre et elle fila dans la chambre pour ensuite aller s’enfermer dans la salle de bain, toujours guillerette, limite chantonnante. Quand elle ressortit, elle portait une robe fourreau d’un bordeaux sombre rehaussé de quelques perles noires sur le décolleté. Elle affichait des chaussures assorties, à talons bas contrairement à ses choix habituels et une fleur noire faisait rappel dans sa chevelure coiffée et relevée, dégageant sa nuque de porcelaine. Elle s’était aussi légèrement maquillée et portait un nouveau parfum qui lui allait à ravir. Sans un mot, elle se mit à dresser la table du salon. Fred siffla.

Tu « brunches » toujours aussi sexy ? demanda-t-il.

Sean lui colla un taquet en venant apporter les plats. Pendant l’absence de Célia, d’autres petites merveilles étaient apparues, empanadas, un bol de chili, de petites bananes-légumes… La cuisine était propre et le professeur de Sean nulle part en vue.

Il a dit que c’était « pas mal » et il est parti comme si Sean était le dernier des abr… apprentis, termina Fred, très amusé par l’attitude du cuistot.
Il est misanthrope. Mais c’est l’un des meilleurs, et j’ai de la chance qu’il ait accepté de me donner des cours, justifia le Shaïness. Tu es splendide, ajouta-t-il pour Célia.
Merciiiii, minauda Fred.

Ce qui lui valut un autre taquet, mais de Célia cette fois, alors qu’elle s’asseyait à table, comme une dame se devait de le faire. Visiblement, elle avait envie de montrer qu’elle avait des manières ce jour-là.

– … Merci Sean. Et non, je ne “brunche” pas toujours aussi sexy, mais parfois, je trouve agréable de me souvenir que je suis sœur de baron Elam Evir. C’est assez amusant quand on n’a pas à le faire tous les jours, conclut-elle avec un petit clin d’œil.
Ouais ! déclara Fred, se levant pour aller dans la chambre d’amis, faisant demi-tour pour fourrer tout le reste de son empanada dans sa bouche, avant de retourner vers sa chambre.

Probablement pour imiter Célia et manger classe.

C’est un peu comme avoir un labrador, soupira Sean en embrassant Célia.

Elle pouffa de rire avant même la fin du baiser.

Pardon… mais oui.

Pour faire bonne mesure, elle l’embrassa à son tour et lui sourit avec candeur.

Je ne t’ai pas senti te lever ce matin. Tu as bien dormi au moins ?

Sean lui offrit ce sourire qu’il n’avait que pour elle seule.

Oui. Mais j’avoue t’avoir regardée dormir un bon moment avant de me coucher.

Histoire d’attendre qu’elle soit profondément endormie pour utiliser un certain Art, mais ça… Elle en eut un sourire plus large alors qu’elle baissait un peu les yeux.

Tu triches encore avec l’héritage Lok’ ? A force, je vais finir par me réveiller à côté d’un gros… quoi d’ailleurs ? Tu as quoi comme image chromatique ?

Elle eut un air plus mesquin.

Non, que je tombe pas trop des nues quand même quand ça arrivera !

Sean eut un sourire en coin.

Crois-moi, si je me transformais, tu aurais un autre souci. D’abord, parce que il n’y aurait plus de lit, j’ai un animal totem inhabituel, et il prend beaucoup, beaucoup, beaucoup de place. Mais je ne maîtrise par la transformation Lo’k, juste le coté qui immunise aux drogues et à la fatigue.

Ce qui était paradoxal car le début de transformation était de niveau Héros tandis que l’immunité n’était accessible qu’au rang plus poussé de Chevalier. Célia eut donc un petit air victorieux.

Alors sur ce point, je serai meilleure que toi ? Parce que, moi, je commence à manifester un début de transformation, figure-toi !

Elle n’hésita pas à lui montrer les jolies griffes qu’elle arrivait à faire apparaître depuis peu.

C’est pas mal pour un début, non ?

Puis elle haussa les épaules en redonnant une forme normale à ses mains.

Par contre, je n’ai toujours pas réussi à avoir plus de résistance à la fatigue. Et je ne suis pas très chaude à l’idée de me droguer pour savoir si j’y résiste ou non…
Fume une cigarette spéciale ! dit Fred en ressortant de la chambre en smoking. Allez, voyons voir si c’est meilleur quand on est bien fringué…

Sean soupira et appuya son front sur l’épaule de Célia. Si elle n’avait pas été là, il n’aurait probablement jamais sympathisé avec le Khyan. Des fois, il se demandait encore pourquoi il l’avait finalement fait. Célia étouffa un nouveau rire, mais se reprit pour ne pas blesser Fred.

Tu es très beau comme ça. Tu as plus de chance de te trouver une gentille fille habillé comme ça qu’en cowboy. Enfin, ce n’est que mon avis, mais…

Fred lui envoya des yeux emplis de pitié.

Célia, Célia, Célia… je veux pas une gentille fille. Ce soir, je vais voir Ray et les nanas qui traînent aux Aurores d’Acier, elles ont les cheveux fluos, des vêtements peints sur la peau, et généralement autant de peau couverte que de retenue. C’est pas des gentilles filles.

Célia leva les yeux au ciel.

Alors laisse le smoking au placard, soupira-t-elle. Et va jouer les cowboys. De toute façon, tu n’attends que ça !

Elle déplia alors sa serviette.

En attendant, à table. Je refuse de laisser tout ça refroidir. D’ailleurs, Sean, tu aurais quelque chose à boire avec tout ça. Je serai bien partante pour un petit vin léger, qu’en dis-tu ?

Elle se mit alors à faire le service pendant que Sean cédait à sa demande et allait chercher une bouteille de vin déjà au frais.

Je vais prendre quinze kilos en sept jours, dit Fred en attaquant le chili. Et j’en ai riiiien à faire. Vous avez des plans pour l’après-midi ?

Célia commença son assiette avec mesure, pas encore bien affamée après le dîner gargantuesque de la veille.

Sincèrement, je n’ai rien de prévu. Si rien d’intéressant ne se présente, je m’occuperai peut-être de ma moto ou je ferai un peu de tir. Mais j’ai décidé de ne pas toucher aux dossiers aujourd’hui. J’ai mérité une journée de répit.

Elle goûta un morceau d’empanada et eut un visage ravi.

Hum, c’est très bon, ça, Sean. J’aime beaucoup.

Sean hocha la tête, acceptant le compliment.

J’ai quelques affaires à voir aujourd’hui, mais je serai vite rentré, on pourra aller tirer tous les trois, offrit-il.
Ooh, on ira voir le vieux ? Il n’a pas encore d’élèves, si ?
– Je ne pense pas, confirma Sean. Il y a encore quatre mois avant la prochaine sélection.

Célia termina son empanada et se servit un pão de quiejo avec un peu de viande fumée.

On devra prendre un taxi pour y aller.

Elle mordit un pão et vida sa bouche avant de continuer.

Je nous vois mal y aller à trois en moto avec tout notre matériel. Remarquez que ça serait comique.
Tu m’étonnes, ricana Fred. Taxi, ça me va.
Et puisqu’apparemment, ce soir, tu nous abandonnes… commença Sean, tournant son regard vers Célia. Chat Bleu ?

S’il voulait la voir ravie, il fut servi. Son sourire était radieux.

Cette question. Évidemment !

Fred aimait ses boules Quiès, hein, mais ce soir, il trouverait une fille, de préférence pas gentille, et il irait dormir AILLEURS.

Vous êtes du totem du lapin, TOUS LES DEUX !

Il eut droit à une Célia très digne qui lui tira la langue avant d’en revenir à son assiette. Ou plutôt à son verre de vin. Et non, elle ne rougissait pas, c’était la lumière qui donnait cette impression. Sean haussa un sourcil.

Et je confirme ce que je disais à Célia, tu es du labrador.
C’est même pas vrai ! Je suis sûr que je suis un truc digne. Genre, le loup, ou le tigre. Ou l’aigle, tiens, d’abord !
Labrador.
Lapin.

Célia reposa son verre un peu brusquement, car visiblement, elle commençait à trouver tout ça nettement moins drôle. Mais elle ne fit pas de remarque et se contenta de se remettre à manger. Sean s’en était retourné à son assiette mais Fred lui lança un regard étonné.

Célia ? Je plaisante, hein ? C’est pour vous charrier.

Elle baissa les yeux.

Je sais, dit-elle rapidement. Désolé, mais là, ça en devient gênant. Je ne suis pas aussi à l’aise qu’il n’y paraît sur le sujet.

Elle reprit un peu de vin, essayant de paraître moins ombrageuse qu’elle commençait à l’être.

Les filles au camp aussi ont réussi à me mettre mal à l’aise. Avec Mia qui fait ça via Murmure avec son fiancé… Je reste d’une éducation Elam Evir, Fred… avec tout ce que ça implique.

Fred hocha la tête.

Désolé, alors. Quand tu m’as dit que je pouvais y aller avec les blagues EE vu que tu étais Shaïness dans l’âme… j’ai p’tet été un peu loin.

Il mangea une bouchée puis…

Elle fait ça par MURMURE ?
Et Célestes merci, avec Aphasie… Et j’aurai peut-être pas dû te dire ça en fait…

Elle regarda Fred dans les yeux, plissant les siens, les rendant inquisiteurs et menaçants.

Tu le répètes, je te livre à elles, ficelé à un arbre avec une cible dessinée sur le torse.

Fred leva la main.

Parole, je dis rien du tout !!

Mais il aurait du mal à regarder Mia dans les yeux pendant quelques temps. Sean eut un petit rire.

Tu es terrifiante, quand tu veux.
J’espère bien, dit-elle juste avant de boire une gorgée de vin. Bon, du coup, programme… je vais aller au garage en attendant que tu rentres, ensuite, on va tous à la ferme et pour finir, soirée dansante pour tout le monde ? Ça me paraît parfait.

Fred marmonna que LUI allait danser et que EUX allaient marcher de façon sophistiquée, mais autrement, ils étaient d’accord. Et la perspective de se rendre chez Zelk le rendit nostalgique car il parla bientôt de Joaquim – pas d’Helen -, se demandant ce que devenait l’As’Corvaz.

On devrait tirer sur une stel, pour le fun, une fois là-bas. Une stel NORMALE ! Si certains se sentent l’envie de sortir de la platine rouge, autant me la donner.
Ou acheter une voiture avec, tiens, ce serait effectivement plus judicieux, lança Célia en regardant Sean. Après tout, tu as ton permis et j’en ai marre des taxis.

Sean considéra la question.

Mmh… Oui, pourquoi pas. Mais mon goût en matière de voiture, que tu as créé, ne s’achète pas au garage du coin.
Ah, au moins, je t’ai appris à apprécier les bonnes choses en matière de mécanique ! dit-elle avec un sourire en coin. Mais tu t’achèteras une voiture quand tu voudras. Je disais ça en réponse à Fred. Si j’en avais vraiment marre des taxis, je prendrais ma moto, hein ?

Sean secoua la tête.

Non, ce n’est pas idiot, je ne peux pas toujours me déplacer à pied ou en taxi non plus.
On va acheter une voiture demain, alors ? demanda un Fred, radieux.

Célia et Sean se tournèrent de concert vers lui et parlèrent dans un duo parfait.

Labrador.
Personne ne m’aime, grogna le Khyan d’un air blessé.

LOGO PHOENIX copie

Zelk revit ses anciens élèves avec autant de plaisir que le vieux magister était capable d’en montrer, c’est à dire pas beaucoup. Mais il leur donna une leçon très avancée, les regarda réitérer leur diplôme et fit même un sourire, si si !

Une demande, jeunes gens, puisque vous êtes des rares qui soient revenus, dit-il juste avant qu’ils ne repartent. Il n’y aura plus beaucoup de diplômés après vous, je suis vieux et je ne veux pas de successeur. Ne laissez pas cette ferme devenir une école utilisant mon nom et ma réputation. Gardez le test pour vos propres apprentis, si vous le souhaitez, mais rien de plus.

Les trois jeunes gens se regardèrent, un peu surpris, mais tous acquiescèrent. Ils respectaient assez leur maître pour ne pas voir son nom devenir une farce ou un argument pour soutirer de l’argent à des familles de pseudo-tireurs. Mais pour Célia, il y avait une autre raison à accepter : la ferme avait une valeur vraiment particulière à ses yeux et il était hors de question qu’on souille ses souvenirs ! Sean, quant à lui, savait que, quel que soit le prix que les agents immobiliers mettraient sur la ferme, il pourrait l’acheter et régler définitivement le problème. Zelk lui avait trop apporté – à commencer et finir par Célia – pour qu’il refuse sa requête.

Ok, lovebirds, vous savez quoi ? On rentre, Sean me donne une somme d’argent absolument pas correcte et je vous fous la paix pour dîner et sortir. Et on se revoit pas avant demain, proposa Fred, tout sourire.

Célia haussa un sourcil et s’approcha du Khyan avec des airs de conspiratrice.

Et avec autant d’argent, tu comptes faire quoi exactement ? Acheter le bar ou te trouver une fille très monnayable ?

Fred porta la main à son cœur.

Et qui c’est qui vexe qui, là ? Non madame ! J’ai l’intention de payer des tournées pour passer pour un gars sympa ET riche !

Meilleur piège à nanas qu’il connaisse. Elle leva les mains devant elle.

Oh, je ne fais que poser la question, depuis deux jours, tu as su prouver que tu pouvais être … imprévisible. Mais je te rappelle que c’est avec Sean que tu vas devoir négocier.

Il y eut tout un échange de regards entre Sean et Fred, tout en haussements de sourcils, yeux expressifs et sourires en coin. Puis Fred grogna.

Une somme d’argent un peu excessive mais pas trop ?
Non.
Raisonnable ?
Voilà.

Célia s’approcha alors de Sean et prenant son bras, posa sa tête sur son épaule. Elle le laissait voir ce qu’il considérait comme raisonnable, mais pour sa part, elle avait envie de rentrer à l’appartement, pouvoir se changer et enfin commencer une vraie soirée en tête à tête avec Sean. Ce fut pour cette raison que Sean ne fit pas trop attention à ce qu’il donna à Fred, même s’il n’alla certainement pas dans l’excès, et le Khyan disparut très vite avec un “Yoohoo”.

Enfin seuls… soupira de soulagement le Shaïness à Célia.
Oui, mais ça coûte cher la tranquillité de nos jours, dit-elle avec une moue un peu déconfite.

Sean eut un petit rire.

Même si je n’ai pas les mêmes soucis que Fred, ma notion de cher est assez abstraite, admit-il. Je suis juste plus responsable.

Une fois à l’appartement, Sean rangea les papiers laissés sur la table.

Où veux-tu dîner ?
J’avoue que je ne sais pas trop. Je te propose un marché, fit-elle en s’adossant au bar de la cuisine. Je me change et en fonction de ma tenue, tu trouves le restaurant qui irait le mieux.

Sean opina.

Ça me va, sourit-il. Éblouis-moi.

Elle ne se le fit pas dire deux fois et elle fila vers la chambre en courant presque, sautillant en tout cas. Elle en ressortit dans la minute avec les bras chargés et s’enferma dans la salle de bain.

Sean secoua la tête et alla se changer, plus rapidement qu’elle, sans trop de doute sur ce dernier point. Il prit quand même un instant pour s’observer dans le miroir et soupira devant les bleus qu’il affichait sur diverses parties de son torse. Ce matin avait été rude. Célia ne les verrait jamais. D’une simple utilisation de Vitae à laquelle l’Art Interdit d’Hégémonie lui donnait accès, les traces violacées s’estompèrent sous la teinte turquoise que prenait la Symbiose sous l’Art Ven’Sakuraï. Sean passa ensuite une tenue qui conviendrait dans n’importe quel restaurant haut de gamme, la mode Fardenmorienne était bien plus souple pour les hommes que pour les femmes. Puis il retourna attendre Célia dans le salon.

Loin de se douter de quoi que ce soit, il fallut moins d’un quart d’heure de plus à Célia pour apparaître à son tour, mais le changement en valait la peine, comme à chaque fois qu’elle se pomponnait. Elle avait rafraîchi son maquillage puis forcé le trait et les nuances pour des yeux plus noirs et des lèvres rouge vif. Sa coiffure rappelait celle du midi, mais c’est une barrette de perles ivoire et or, plus sobre qu’une fleur, qui tenait sa chevelure à hauteur de sa tempe gauche, laissant tout le reste de sa massive chevelure cascader en boucles cuivrées et parfaitement domptées sur ses épaules de porcelaine. Des épaules que sa robe laissait à nu. C’était une robe bustier entièrement en dentelle écrue qui cintrait étroitement son buste et ses hanches puis partait dans un cercle beaucoup plus évasé et fluide à partir de ses cuisses. Courte sur sa jambe droite, elle descendait jusqu’à la cheville sur sa jambe gauche. Une paire d’escarpins noirs, très fins et ouverts sur le talon, se terminaient par des rubans qui serpentaient autour de ses chevilles. De très longs gants de satin noir complétaient le tout, alors qu’elle glissait ses clés dans une petite pochette assortie à sa robe. Et dans cet ensemble épuré en couleur, on ne voyait que mieux son rubis, ses lèvres, sa chevelure de feu et en contraste, le bleu lumineux de ses yeux.

Elle s’avança vers Sean, avec toute la gestuelle d’une jeune femme séduisante, noble et en ayant pleinement conscience.

Nous y allons ?

LOGO PHOENIX copie

<- Chapitre précédent                                              Chapitre suivant ->

10 Comments

  1. Mmmmh, tout ce que j’aime : des recettes et du costume design ! 😀
    Vraiment un super chapitre.
    Excuse la technicienne que je suis, mais aurais-tu une fiche ou quelque chose sur le cœur interdit « Hégémonie » ? J’ai compris comment il marche et à quoi il sert, et il m’intéresse vachement pour un de mes PNJ qui donne… dans ce genre de recherches. Donc si tu as des détails « techniques », n’hésite pas à faire tourner ! 😉 (si ça ne t’embête pas, bien sûr !)
    J’ai moi même inventé deux cœurs interdits dont j’avais fait les fiches, Mahyar les a mis en téléchargement bonus sur le site de PriaX. Donc ça m’intéresse beaucoup, à commencer par la gemme utilisée.

    • Vyrhelle

      15 octobre 2016 at 13 h 05 min

      Hégémonie, c’est ma binôme Alice qui l’a mis au point. Je n’ai pas tout le détail. Je sais que la gemme rattachée ( on en reparle plus loin dans l’histoire de Sean ) ce sont les diamants symbiotiques. Et l’Art en lui-même, je n’ai que sa version avancée de rang 5 ( et pour cause, c’est le niveau pour Sean et son père ), qui consiste à mimer tout Art déjà observé au moins une fois, quelque soit la Maison, ses effets, Interdit ou non. Oui, c’est grosbill mais en ce qui concerne notre trame, seuls les Moonshade peuvent le posséder, les diamants étant très bien gardés et protégés. Je n’en dis pas plus, on l’apprend dans quelques chapitre de Tango 😉

      • Ok, merci pour ces explications ! Dommage qu’il n’y ait pas d’autres Arts sur une fiche technique quelque part. ^^ Ou une description de la Gemme et de son Domaine.

        • Vyrhelle

          15 octobre 2016 at 22 h 24 min

          C’est vrai, je pourrais faire une page avec les Héritages, les Arts, etc. Mais je ne veux pas donner trop de données « RP » sur le blog. Ce n’est pas son but. C’est peut-être un peu frustrant pour des joueurs, mais ce genre d’information n’est vraiment pas utile pour les lecteurs. Pire, j’ai peur que ça parasite la lecture, avec trop d’annexes, de suppléments.

          • Je suis d’accord, ça n’a pas forcément sa place sur le blog. Mais si tu as un moment 5 minutes sur DA pour m’envoyer par Note… ça m’intéresserait. 😉 (Cela dit je me doute que tu as autre chose à faire).

            • Vyrhelle

              16 octobre 2016 at 15 h 55 min

              Je demanderai à Alice, savoir si elle a ce genre de chose dans ses dossiers. Mais je ne garantis rien. On est parties sur une base de « roleplay pur », sans quasiment fiches ou calculs. Avec des Hauts-Nobles c’était tout simplement infaisable.
              Après, je sais qu’elle a juste inventé deux Art Interdits, tout le reste est dans le livre de base.

  2. J’aurais juste une petite remarque sur le dessin. J’ai l’impression que le poing de Sean semble plus serré dans le miroir que dans la version de dos… non??
    Sinon Sean, canon, toussa toussa…. xD

    • Vyrhelle

      15 octobre 2016 at 12 h 57 min

      Oui, j’ai pas mal galéré sur le bras du Sean de dos. Et je suis pas satisfaite du résultat, le poing semble effectivement différent. Mais je corrigerai ça plus tard, là, je bloque à trouver d’où vient le problème. Son coude aussi est pas bien placé. Bref, à retravailler quand j’aurai un peu mis le dessin de côté ^_^

      • Oh, t’inquiète, c’est pas flagrant. J’ai juste spoté ça parce que voilà, 2 Sean dans une même image, ça se dévore des yeux!! xD
        Et puis, je crois que les reflets de miroirs reste un truc assez pénible, je le conçois totalement! ^^

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2017 Le temps d'un tango

Theme by Anders NorenUp ↑