Le temps d'un tango

Fiction par Vyrhelle et A. Conroy

3 janvier 986 – part 3

Sean sut instantanément que le cœur de Ian avait été touché. Peut-être juste éraflé, mais touché. Mais c’est une autre cause qui avait provoqué son inconscience et ralentissait petit à petit les battements d’un cœur déjà mis à mal. Ian avait commencé à se régénérer, mais dans son état, il n’en était plus capable. C’est alors qu’il y eut des bruits de pas précipités à l’étage, qui firent lever la tête à Sean, puis de nouveaux tirs à l’extérieur. Sean ne pouvait pas cesser son Lai et il dut faire confiance à ses hommes, acte déjà peu aisé en temps normal, encore plus ardu pendant qu’il avait les mains couvertes du sang de son meilleur ami. Il devait s’assurer que Ian pourrait vivre jusqu’à l’arrivée de Lee. Là, seulement, lâcherait-il Ian. Les coups de feu s’échangèrent encore pendant de longues secondes. Mais le silence qui suivit fut pire à supporter. Pas quand Sean ne pouvait pas savoir ce qui se passait à seulement quelques mètres de lui. Puis enfin, il vit Samson qui revenait dans le salon, l’arme toujours levée, aux aguets mais surtout l’air inquiet.

– Commandant, faut bouger. Y’a un truc bizarre.

Il s’était approché en regardant aux alentours bien plus que le duo au sol.

– Ils ont filé. Sans même se retourner et en laissant les morts et les blessés.

Sean soupira. La bombe était sa première pensée, ainsi que la seconde et la troisième. Il cessa son Lai à contrecœur, Ian aussi stable que possible.

– Dis aux autres de s’éloigner, Samson. Emmène Ian.

Il devait aller voir, peut-être récupérer quelques documents uniques et précieux. Il avait assez de Lais pour s’éloigner en un clin d’œil au besoin. Samson s’exécuta sans discuter. Il prit Ian sur son dos et dès qu’il fut assuré de l’avoir bien calé, il fila dehors pour rejoindre Mike. En quelques secondes, Sean se retrouva seul occupant de la maison Moonshade dans un très mauvais écho d’un vieil événement qui avait impliqué un Sans-Visage… Sauf qu’il n’y aurait pas de Fred pour le sortir du bassin aux poissons, cette fois. Pourtant, il n’avait plus seize ans, il avait plusieurs années d’entraînement et d’expérience de combat à présent, et une envie furieuse de tuer quelqu’un, alors que l’assassin vienne, s’il était là. Lui était prêt à le recevoir. Sinon il se contenterait d’une bombe.

Sur ses gardes, il monta à l’étage. Il entendit un subtil bip régulier et très caractéristique. Sean n’était pas un novice, il chercha la bombe en premier pour savoir s’il avait du temps, voire s’il était capable de la désamorcer. Guidé par son ouïe, ça ne lui prit pas trop de temps.

15 secondes… 14 … 13…

Sean aurait soupiré s’il en avait eu le temps. A la place, il ordonna à Mike d’éloigner tout le monde via télépathie, utilisant la téléportation pour traverser le couloir.

10… 9… il entrait dans son bureau.
8… 7… il récupérait des dossiers uniques
6… il approchait de la fenêtre
5… il regarda en arrière.
4… 3… 2… se traitant d’abruti, il retourna au bureau, arrachant à un tiroir un bracelet fait de longues mèches rousses.
1… retour à la fenêtre.
0… utilisation de Résonance pour se téléporter le plus loin possible.

Boom

Il posait à peine les pieds au sol que le souffle de l’explosion le projetait en avant avec assez de violence pour le faire voler sur plusieurs mètres. Il ne fut pas le seul. Tout le monde se retrouva jeté à terre, les oreilles bientôt bourdonnantes, le souffle coupé et le corps endolori. Ian inconscient respirait pourtant toujours. Mais derrière eux, la Maison Moonshade avec sa pourtant imposante architecture de pierre n’avait plus de toit, n’avait plus d’aile sud et était éventrée sur presque les deux tiers de son volume. Les débris retombaient encore tout autour d’eux.

Allongé sur le sol, un peu sonné par le choc, Sean perdit sa maîtrise, qui n’était pas sa meilleure, sur les Grands Lais Kel’ et Kristaris de Feu, ressentant immédiatement à nouveau fatigue et douleur. Il estimait que dans l’affaire, il avait dû prendre au moins une balle, très probablement deux, que son poignet gauche était foulé et que ses capacités harmoniques étaient sérieusement entamées. Soupirant, il resta au sol, n’adressant qu’un court message à Lee pour lui dire de se dépêcher. Lee accepta le lien télépathique mais ne put répondre via Lai, sinon en acte, incitant les chauffeurs des ambulances qu’il avait réquisitionnées à avoir le pied un peu plus lourd sur l’accélérateur. Sean ne put alors qu’attendre de retrouver assez de force pour bouger, trouvant dans la vision d’un certain bracelet de cheveux cuivrés, encore entre ses doigts, au moins le courage de vouloir se relever. Comme une certaine Hasperen au tempérament de feu s’était relevée… A chaque fois. Sean soupira et roula sur le dos, grimaçant en sentant ses chairs tirailler autour de ses blessures. Il serra le bracelet et se redressa, regardant autour de lui.

– Tout le monde est en vie ?, demanda-t-il, assez fort pour être entendu.
– Ouais, répondit Mike
– Ouais et le roi aussi, compléta Samson.

Sean put alors voir Falcon qui sautait dans les jardins.

– J’en ai abattu un, mais deux ont réussi à s’échapper. Les Gardes ont pris le relais.

Il leva alors le nez vers le Nord.

– Les ambulances arrivent apparemment.

Plus éloigné de l’explosion, le Commando pouvait entendre les sirènes plus distinctement que ceux restés près de l’énorme détonation. Sean s’approcha aussitôt de Ian, contrôlant ses constantes.

– Mike, si tu es intact, tu me traînes ceux qui sont vivants dans les geôles, je veux des réponses et vite. Part sur l’axe gorani ou même harmoni, on m’a transmis les compliments de l’Impératrice.

Prématurément, puisque à part avoir détruit son manoir, il n’avait pas l’intention d’abandonner quoi que ce soit à Norya, et certainement pas la vie de Ian.

– A vos ordres, Commandant, répondit Mike en filant vers les assaillants étendus au sol.

Quelques minutes plus tard, les ambulances arrivaient en trombe dans la cour du manoir, et Lee déboula devant les brancardiers et était sur Ian avant même que Sean ne lui demande de s’en occuper. Alors que les Commandos confirmaient à Sean qu’ils s’occupaient du reste, Lee ne laissa pas le choix au Démon. Le roi et lui furent embarqués dans les ambulances, direction la clinique du Darhàn qui se consacra alors uniquement à la survie de son roi, et son équipe au rafistolage de son ducal bras droit.

5 janvier 986

Quand Sean ouvrit les yeux, encore assis dans le fauteuil d’une chambre d’hôpital, ce fut sur le regard bleu terne et pas bien vif d’un Ian qui ne devait pas être éveillé depuis très longtemps.

– Bonne Année, marmonna pourtant le jeune roi, un léger sourire flottant déjà sur ses lèvres sèches.

Le Démon avait un bras en écharpe. Apparemment, une balle avait esquinté sa clavicule et continuer de bouger après, l’avait cassée. Qui l’eut cru? Restait que Sean était particulièrement fatigué, malgré deux jours à ne rien faire ou presque. Renvoyer la pareille à l’Impératrice, à distance, c’était un passe-temps prenant. Mais il estimait que sa bombe ferait un plus gros trou dans la demeure du premier conseiller de Norya, et ses hommes ne rateraient pas le Seigneur d’Harmonie, eux.

– Évite de les commencer toutes comme ça, tu veux ?, dit-il.
– Quoi, les commencer par un grand feu d’artifice, ce n’est pas la tradition ?, ricana Ian en grimaçant.

Le jeune homme, pas très vaillant, se rencogna dans son oreiller en soupirant. Non, il n’avait vraiment pas l’intention de les commencer toutes comme ça.

– Lee m’a expliqué que la balle avait fait des dégâts mais qu’il n’avait pas eu de mal à les soigner. Par contre, elle contenait un poison puissant. Et que là, il a eu un mal de chien à le neutraliser. Apparemment, je suis sorti d’affaire, mais je ne suis pas près de retourner dans la Fosse.

Sean leva les yeux au ciel.

– Tu penses déjà à repartir ? Oublie. Ton père t’a déjà trouvé du boulot pour t’occuper si tu viens à t’ennuyer.
– Oh pitié, laisse le royal paternel loin de tout ça, merci, je suis déjà assez amoché comme ça.

Sean se leva.

– Si tu crois que ton père n’est pas au courant… Ton seul salut, c’est que ton père ne se déplacera pas et que ta mère ne sait pas où est la clinique.

Il secoua la tête.

– Repose-toi, abruti. Au moins, tu auras compris que quand je te dis qu’une arme élysiane tue aussi bien un vassali qu’un Suprême Alti, je ne radote pas.

Ian offrit le visage renfrogné d’un gamin imitant un donneur de leçon rébarbatif.

– Ouais, ouais, ouais, ça va, j’ai compris.

La Suprême Andouille alitée resta ensuite un moment silencieuse à regarder le plafond.

– T’as perdu des trucs importants dans la maison ?
– Quelques dossiers, des armes, de vieux souvenirs. Rien d’indispensable.

Bien que touché, le garage était toujours debout, l’Eden Elit était intacte. Et s’il n’avait pas mis ce carton dans le coffre ce matin-là, c’étaient des souvenirs bien plus précieux qu’il aurait perdus. Quant au bracelet, peut-être l’avait-il même encore dans la poche…

– Tant mieux, apprécia Ian. Je veillerai à ce qu’on fasse quand même réparer cette vieille bicoque. Qu’il ne reste pas de quoi prouver que des Harmonii ont touché Phœnix. Je ne leur ferai pas cette joie. D’ailleurs, je suppose que tu as renvoyé la politesse à cette chère Norya ?

Sean eut un sourire cruel.

– Elle devra se chercher un autre premier conseiller et une autre aile ouest. Refais construire la demeure Moonshade, oui, mais je n’y passerai qu’à l’occasion, pour conserver les apparences. On m’a trop de fois attaqué chez moi. Désormais, je ne laisse plus d’adresse.

Il avait même déjà tout prévu dans ce sens. Une compagnie était en train de créer trois grands immeubles de luxe dans le centre. “Lord Shaytàn” venait donc d’acheter l’entièreté des appartements de l’un des trois et détenait une majorité d’actions dans la société. Il louerait l’immeuble à l’image des deux autres, sous le seul  nom de la société, mais les six derniers étages seraient pour lui. Trois pour vivre, deux pour l’espace entre, et un dernier qu’il louerait probablement à un ou une de ses Ombres pour faire rempart. Le tout avec accès sécurisé, code d’accès, entrée de garage privée. La totale. Ian en ricana tant bien que mal.

– Évite de faire sauter des bâtiments quand tu veux déménager, Sean. Non, sans rire, paraît que ce n’est pas l’idéal.

Il eut une grimace de douleur puis soupira.

– Mais bonne résolution. La demeure Moonshade, qui voudrait y vivre ? Elle pourra rester vide, ce n’est pas le propos. Je veux juste pas laisser de stigmates visibles d’un attentat. Les journaux ont déjà dû bien donner du fil à retordre à Ereï pour que l’on ne sache pas que Kerann était la cible et qu’il était actuellement dans un lit d’hôpital.

Sean haussa les épaules.

– Les journaux ont dit ce qu’on leur a dit de dire.

Keranor restait une monarchie, il ne fallait pas l’oublier.

– Quant à la demeure, elle reste impressionnante. Elle pourra toujours servir à recevoir des ambassadeurs pénibles et tenir des galas idiots.

Il ouvrit la porte.

– Je préviens Lee que tu es réveillé. Sois sage et peut-être que je t’emmènerai voir ce nouveau chez-moi. Sinon, bonne convalescence en clinique, sans bouger, sans télé.

Ian offrit un visage d’angelot avec un regard de chiot.

– Sean, on est amis, hein ?

Sean lui fit un sourire en coin.

– Les meilleurs, Ian. Mais si tu ne te tiens pas à carreau, tu resteras ici toute ta convalescence. Je ferai intercepter chaque commande de pizza, Macmo et j’en passe.

Ian sembla horrifié.

– Tu ne m’entendras pas, je serai plus discret qu’un papillon, sage comme un poster de paysage, une ombre, un murmure.

Et pour compléter son argumentation, il se zippa les lèvres et jeta la clef imaginaire. Sean haussa un sourcil.

– Oh, ça, c’est un bonus, Ian. Je parle de ne pas te lever, de ne pas tenter de quitter le lit, encore moins la chambre, avant d’avoir l’autorisation de Lee, et de ne pas gesticuler.

Sean agita la main.

– Sage, et je reviens avec un Kebab de Sahib. Sinon, soupe instantanée.

Ian en lissa le drap de son lit sur ses jambes, papillonnant des yeux.

17 janvier 986

Ian était assis sur le balcon, les jambes pendant dans le vide, le front contre le verre trempé de la rambarde à regarder un ciel gris et lourd qui laissait échapper quelques flocons.

– M’ennuiiiiiiiie. Seaaaaan, je veux aller au cinémaaaaa.

Sean essuya le front, tournevis en main.

– Je t’ai dit que je n’avais pas encore de télé, c’est toi qui a voulu venir quand même, assume. Et ramène tes fesses sur ce canapé avant que je ne jette les restes de pizza et ne te sorte une ratatouille en boîte.

Comme s’il avait ces horreurs chez lui. Mais ça faisait une semaine qu’il tenait Ian avec des menaces de bouffe qui ne soit ni de la junk food ni du cuisiné maison. Ian grommela en répétant les menaces mais revint à l’intérieur du grand appartement neuf encore terriblement vide et se laissa tomber sur le canapé.

– …  en plus, il a fallu que l’explosion détruise la seule console de jeu que je t’ai jamais offerte. Que Norya aille se faire bouffer par ses Célestes pour ça !

Sean leva les yeux au ciel.

– Elle aurait servie, tiens, sans télévision. Tu es pénible, Ian.

Mais Sean céda assez vite et, alors qu’il manquait encore beaucoup d’indispensables, une grande télé rejoignit le salon, avec un magnétoscope et toute la série en cassette des Passions de l’Amour. Ça occuperait le grand dadais qui lui servait de Roi. C’est ainsi que les occupations du démon dans les jours qui suivirent furent une alternance entre le palais et ses obligations, et l’aménagement de son nouvel appartement empli des reniflements énervants d’un Ian larmoyant devant sa sitcom. Au moins, la suite du mois de janvier fut paisible.

<- Chapitre précédent            Chapitre suivant ->

6 Comments

  1. Nous ne sommes pas habitués à voir Ian en convalescence… bien qu’il soit a priori insupportable dans ce genre de cas, notamment pour son ami, on est rassuré !
    Ce duo inséparable, je les adore, cela fait toujours plaisir de lire leurs aventures. Et l’image.. on ressent la violence de l’explosion même pour un Sean !

    Bon.. et bien sur ce sursis d’émotions, nous allons patienter pour lire la suite, et d’ici là guetter sagement Ulule ! 🙂

    • Vyrhelle

      5 juillet 2019 at 13 h 10 min

      Normalement, le Ulule sera prêt d’ici le 15 / 20 juillet. Mais je tiendrai régulièrement au courant sur Facebook.

      Sinon, la coupure Tango devrait pas être trop longue. J’ai juste pas du tout la tête à me replonger dans l’histoire pour les quelques jours qui viennent et réussir à sortir des images correctes. Je préfère faire une petite pause que bâcler deux images qui me plairont pas.

      Et le duo Sean / Ian est formidable 😀 J’aime bien les imaginer comme deux vieux Seigneurs qui ont vécu leur vie mais continuent à être comme deux frères 😛

  2. Ouf, je suis soulagée que Ian soit suffisamment remis pour embêter Sean !
    Maintenant, la question se pose, qui va mourir ? Le père de Ian ? Meldan ?
    Je ne me pose pas cette question concernant le premier conseiller de l’impératrice, il va manger les pissenlits par la racine !
    Sean, et un appartement au-dessus des nuages… Comme le voulait Célia… Il l’aime encore tellement que ça lui fait mal… Zut alors, ils étaient si mignons ensembles ! Mais Célia et Meldan sont adorables avec leur petite fille…

    • Vyrhelle

      5 juillet 2019 at 21 h 16 min

      Ah devoir choisir entre le deux serait assez crève-cœur, il faut bien le dire. Ils sont tellement différents.
      Allez, y’aura pas mal de réponses dans les deux chapitres et la partie 3 à venir. Donc, un peu de patience 😉

  3. Déjà plus que 2 chapitre avant la fin!! wow, je l’ai pas vu passer cette partie!!!
    Va donc nous bichonner Arcéa, surtout si ça évite la pause entre la fin de la partie 2 et le début de la 3!!

    Super image très parlante par ailleurs…. et Sean qui arrive a babysitter son roi à coup de restrictions alimentaire, c’est priceless!! xD

    • Vyrhelle

      7 juillet 2019 at 4 h 36 min

      Oui, elle est passée super vite ! Même moi, je pensais qu’elle durerait plus longtemps XD
      … et je retourne à mes planches ! J’ai hâte de boucler cet album et souffler ensuite. Mine de rien, les bouclages, c’est crevant XD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2020 Le temps d'un tango

Theme by Anders NorenUp ↑