L'univers de la bande dessinée

Entre gris clair et gris foncé

Chapeau à ceux qui auront la référence à ce titre d’article… L’important, pourtant, c’est que ça illustre bien l’impression que j’ai pour les mois à venir. En gros, ni blancs ni noirs, mais pas très enthousiasmants. La raison de mon scepticisme ? Les conséquences du Covid.

J’étais la première à ne pas ressentir de changement au début. Même le confinement ne changeait pas grand chose à mon quotidien. En plus d’être une personne souvent asociale, je suis une artiste qui ne travaille bien que chez elle. Je ne sors donc que très rarement. Sauf qu’avoir mes enfants H24, ça a quand même vite été pesant. Pas par leur attitude, ils sont calmes et autonomes, mais parce j’ai besoin de ma solitude pour me ressourcer et pour créer. C’était déjà un état de fait quand j’étais jeune, c’est pire maintenant. Du coup, j’ai fait un magnifique syndrome de la page blanche. Ce n’est pas la première fois que ça m’arrive, j’ai pris le bon côté de la chose et je me suis lancée dans la refonte de mon site internet. J’ai aussi édité le tome 1. Ajustement de format comme pour le tome 3, correction de couleur et de texte, bref, il est parti en réimpression. J’ai même déjà reçu les albums de cette seconde édition malgré les aléas du confinement. En plus, comme ma future coautrice sur les romans d’Arcea était aussi confinée, on en a même profité pour bûcher un peu sur le premier roman d’Arcea via internet. Donc, j’étais plutôt contente : des choses avançaient malgré mon “artblock”.

Sauf que voilà, tout ça a commencé à se gâter petit à petit. D’abord, il y a eu l’annonce de l’annulation de deux salons auxquels je devais participer. Puis ça a été le report de plusieurs autres. C’était à la fois rageant pour le manque à gagner mais aussi un soulagement pour la fatigue que j’allais m’épargner. Mine de rien, les salons, c’est aussi agréable qu’épuisant. Je ne m’attendais pourtant pas à ce que ces salons soient repoussés à nouveau, voire soient annulés à leur tour. Vu la situation mondiale, je trouve leur décision justifiée, mais bilan, je n’aurai aucun salon en 2020. Tous ceux prévus ont été annulés et/ou reportés à l’année prochaine. Ce n’est pas une catastrophe parce que la campagne Ulule m’a offert une marge de manœuvre rassurante. Mon travail n’est pas en danger, ni remis en question. Donc encore un grand merci à vous tous !! Parce que question aide de l’état, j’ai eu, attention, accrochez-vous, 43€ ! Youhou !
En fait, je vais pouvoir me concentrer sur le tome 4 d’Arcea sans interruption à prévoir pendant plusieurs mois. Mais un an sans voir personne, sans parler de vive-voix de mon travail, ça m’a fichu un vrai coup au moral. Je n’ai pu avoir finalement que très peu de retours sur mon dernier album et aujourd’hui, j’ai l’impression d’un grand vide que les réseaux sociaux accentuent.

Là-dessus, d’avoir relâché un peu le rythme, la fatigue s’est de plus en plus faite sentir. Quand le déconfinement a été annoncé, j’ai donc choisi de prendre quelques jours de repos, bien mérités après un site flambant neuf, un album finalisé et un autre réimprimé, le tout après une longue campagne de financement. Je n’avais juste pas prévue que je m’écroulerais. Aujourd’hui encore, je suis sur les genoux et je commence à peine à me relever doucement. Je n’ai rien vu venir, aucun réel signe avant coureur. J’ai eu l’impression d’une marionnette à qui on a coupé les fils.

A la base, je devais lancer la nouvelle boutique en ligne, réaliser plusieurs illustrations ( les prix du concours FB par exemple ), continuer Tango, peaufiner le scénario des prochains albums d’Arcea, commencer le storyboard. Peut-être même commencer les premières planches du tome 4… J’ai tout mis en standby.
Je n’ai réussi qu’à finaliser le scénario complet d’Arcea ( sans les dialogues ) et je n’ai toujours pas réussi à dessiner quoi que ce soit depuis avril. 

Pourtant, j’ai plein d’idées pour le prochain album, plein de choses que je veux tester et des scènes que je veux particulièrement travailler. J’ai même déjà mon idée pour la couverture. Je voudrais juste que mon corps soit coopératif, le vil traître  T___T

Quelques images glanées sur le net qui vont me servir de ref de base pour la couverture du tome 4

J’en suis là. Je suis devant une montagne de travail, l’envie de m’y atteler et l’impression que le brouillard s’est levé ne m’autorisant à gérer que lentement une seule petite chose à la fois. Pour une femme comme moi, qui préfère organiser les choses à l’avance, c’est frustrant.

Du coup, priorité des prochaines semaines, continuer à essayer de me remettre d’aplomb en évitant de broyer du noir – non, parce qu’en plus, j’ai ce défaut que lorsque je suis fatiguée et désœuvrée, je déprime, youhouuu… Profiter des vacances scolaires où mes enfants seront chez leur père pour récupérer comme il faut. Ma coautrice, Kae, va même m’accueillir pour juillet et m’aider. Ensuite, reprendre doucement le boulot, arrêter de culpabiliser et retrouver le plaisir de dessiner. Peut-être en oubliant l’ordre prioritaire des images à réaliser et, pour une fois, commencer par celles qui m’inspirent vraiment ? Ensuite, lancer la boutique en ligne quand je pourrais gérer correctement les envois ?  Quant à après les vacances… c’est le grand mystère.

Je vais voir tout ça au fur et à mesure, oublier mon organisation habituelle et faire au mieux.  En bref, je vais devoir travailler en flou artistique entre gris clair et gris foncé.

3 Comments

  1. Melckia

    Aaah! Prend soin de toi Vivi!!
    La période est difficile à vivre, ça se comprend! Mais je suis contente de voir que tu prend le temps de prendre le temps et de travailler par plaisir, et non par obligation.
    Profite au maximum des vacances pour te ressourcer, c’est ce qu’il faut!
    Des poutoux calin pleins de bonnes ondes!! <3

  2. Lyxa

    Prends soin de toi, et surtout ne reprends pas trop vite, car dans ces moments-là, on pense un peu trop rapidement qu’on est suffisamment reposé, et on redémarre trop tôt. Une fois que tu penses être reposée, attends une à deux semaines avant de reprendre. Ça ne te fera que gagner du temps. Par contre, c’est très dur à faire, car on culpabilise pas mal.
    Courage à toi! Ton tome 3 était super! Je l’ai encore relu il y a peu de temps. Tu fais un super travail! Continue ainsi et prends soin de toi!

    • Vyrhelle

      J’ai opté pour l’option ” je dessine un truc que j’aime faire et quand j’ai envie de le faire, sans forcer”. Après plus d’un mois sans rien dessiner, j’en pouvais plus. J’ai écris cet article de blog comme pour sortir ce qui me tracassait et mettre ça par écrit m’a aidée à relativiser. J’en ai commencé un dessin hier, en écoutant de la musique, mais je n’y ai pas encore touché aujourd’hui. Je le reprendrai peut-être ce soir. Ou pas… C’est ma manière de ne pas me mettre de pression, dessiner par réel plaisir, le tout sans culpabiliser. Normalement, il me faut une grosse journée pour faire un dessin dans ce genre. Là, il me faudra peut-être une semaine et c’est bien. Je prends le temps d’apprécier chaque trait, le crayon qui glisse sur le papier. Ce que je ne peux plus prendre le temps de faire en temps normal.
      En tout cas, je suis très contente que tu aies déjà relu l’album. C’est un vrai signe pour moi que j’ai bien fait mon job et ça, c’est cool ^_^

Laisser un commentaire